La salicorne

La salicorne gagne à être connue.

C’est une plante sauvage annuelle et vivace qui pousse dans les marais salants. Mais, ce n’est pas une algue. Il en existe de nombreuses variétés. La Salicornia europacea  se trouve en Charente-Maritime, en Bretagne, en Vendée, en Camargue et dans la Baie de Somme.  On peut la trouver à marée basse sur certaines plages. On l’appelle aussi haricot ou cornichon de mer. Elle est formée de tiges vertes dépourvues de feuilles. Elle mesure de 10 à 40 cm de hauteur.

On peut la récolter sauvage mais elle est aussi cultivée dans l’eau salée. Elle commence à se développer à la fin de l’automne, végète ensuite tout l’hiver et pousse au printemps.  Elle arrive à maturité à partir du mois de mai. On la récolte alors, avant que ses rameaux ne deviennent fibreux, jusqu’à la fin du mois d’août.

Côté santé :

Même si ce n’est pas une algue, elle en a toutes les qualités nutritionnelles. Riche en minéraux (iode, phosphore, fer, calcium, potassium), en vitamines A, B et C. Elle est également diurétique et dépurative. En plus, elle est très peu calorique. Autrefois, elle était servie sur les bateaux pour combattre le scorbut grâce à sa richesse en vitamine C.

Côté cuisine :

On peut la trouver chez les poissonniers, les ostréiculteurs ou les sauniers. Pour une salicorne de qualité achetez celle qui est étiquetée « agriculture biologique » ou « signé Charentes Poitou ». Si vous la trouvez en vrac sur un étal, choisissez-la ferme, bien verte et sans partie abîmée. Et, elle ne doit pas comporter de parties fibreuses quand on la casse. On la trouve aussi en conserve au naturel ou au vinaigre.

La salicorne a une saveur iodée. C’est normal puisqu’elle se développe dans l’eau de mer. Les jeunes pousses des tiges peuvent être consommées en condiment comme les cornichons. Et, vous pouvez en faire de savoureux pickles.

Elle est délicieuse et  remplace avantageusement les haricots verts, les épinards ou les asperges. Et, comme elle pousse dans l’eau salée, il ne faut pas mettre de sel quand vous la cuisinez. Il est préférable de la cuire peu de temps dans l’eau bouillante sans sel. Généralement, je déconseille ce mode de cuisson mais parfois, elle est très salée et cela permet de la dessaler partiellement. Goûtez-la avant de la cuire. Si elle n’est pas trop salée, cuisez-la à la vapeur c’est mieux. En effet, lors des cuissons à la vapeur, il y a moins de pertes en vitamines et sels minéraux. A la fin de la saison comme elle devient plus ferme et un peu amère, il est préférable de la blanchir 2 minutes dans l’eau bouillante non salée.

Cuite, elle accompagne à merveille le poisson, les fruits de mer, les viandes rouges et la volaille. Nature ou sautée et assaisonnée d’une petite noix de beurre et persillée, elle est délicieuse. Voici une recette très simple et rapide à préparer.

Crue, elle est croquante. En mai et juin, elle est meilleure car elle est plus tendre. Mangez-la en salade seule ou avec d’autres aliments.

Elle sert aussi à aromatiser la moutarde, la mayonnaise, la vinaigrette.

Et, si vous ne l’avez jamais dégustée. Alors, essayez, vous serez surpris !

News letter

Inscrivez-vous

, , ,

Pas de commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les mois nos nouveaux articles et recettes santé

Pour vous inscrire

CLIQUEZ ICI