Archive | juillet, 2015

L’abricot

abricot

Fruit emblématique de l’été, l’abricot en plus d’être délicieux, facile à manger et à transporter, est riche en nutriments.

Un peu d’histoire :

Il y a plus de 4000 ans, il poussait à l’état sauvage dans le nord-est de la Chine. 2000 ans plus tard, on le retrouve en Grèce et en Italie. La France le découvre au XVème siècle, mais c’est grâce au jardinier de Louis XIV qu’il commence à être apprécié. La culture de l’abricotier ne se développe dans le sud de la France qu’au XVIIIème siècle. A cette même époque, il est transporté en Californie par les Espagnols et sa culture prend vite de l’essor.

De nos jours, la production vient des pays méditerranéens (Italie, France, Espagne, Turquie, Grèce et Syrie) et de l’Iran. En Amérique, il est cultivé en Californie et au Chili. Au Canada, on en trouve en Colombie britannique et en Ontario.

Le choisir:

L’abricot français est présent sur les étals de Juin à Août. Si vous en trouvez avant juin c’est qu’il vient d’ailleurs. Les meilleurs abricots proviennent du sud de la France (à mon humble avis).

Les régions productrices:

  • Le Languedoc-Roussillon nous approvisionne à la mi-juin avec l’Orangered (gros fruit cuivré avec une face rouge, ferme et parfumé), puis fin Juin arrive le Lambertin (orange foncé et de taille moyenne), début juillet apparaissent le Goldrich et le Jumbocot (très gros fruit, acide et ferme) et le Rouge du Roussillon (orange clair avec des taches rouges, à la chair ferme et très parfumée particulièrement adaptée aux confitures).
  • La Drôme et le Vaucluse fournissent l’Orangé de Provence ou Polonais (très gros fruit, panaché d’orange, à la saveur parfumée et la chair fine et ferme) dès le mois de juillet. Il est délicieux nature mais aussi en confiture.
  • la vallée du Rhône produit le Bergeron (très gros fruit orange d’un côté et rouge de l’autre ). Personnellement c’est celui que je préfère car il est juteux, sa chair ferme et très riche en goût. Il se conserve très bien.

Si vous voulez en savoir plus sur toutes les variétés d’abricots et les périodes de maturation, suivez ce lien .

Bien l’acheter et le conserver:

  • Sa couleur orangée ne signifie pas qu’il est mûr. Le seul moyen c’est de l’observer, de le sentir et de le tâter.
  • Il doit être lisse, sans tâche, souple au toucher en restant ferme. Contrairement à d’autres fruits, il ne mûrit pas après la cueillette, choisissez-les bien! Vous pouvez toujours essayer de le mettre pendant 1 jour ou 2 dans un sachet en papier pour accélérer le mûrissement, mais je ne vous promets pas le résultat. Pour être sûr qu’ils soient bien mûrs, choisissez-les un par un sans trop appuyer pour ne pas les abîmer. Ils doivent être parfumés.
  • Ils se conservent 2 à 3 jours à température ambiante. C’est un fruit fragile qui ne se conserve pas longtemps. Alors, pensez à l’utiliser rapidement.
  • Vous pouvez les mettre 1 semaine maximum dans le bas du réfrigérateur dans un sachet plastique perforé, mais ils perdent de leur saveur et flétrissent. Il faut les sortir longtemps avant de les déguster pour que leur saveur ressorte.
  • Ils se congèlent très bien. Voici quelques conseils.

En cuisine:

abricot1

  • Bon à savoir, un abricot pèse en moyenne 40 g pour les petits, les gros de 70 à 100 g.
  • Ils ne s’épluchent pas, mais ils doivent être lavés.
  • Les noyaux lavés et séchés peuvent servir pour cuire une tarte à blanc.
  • Les noyaux contiennent des amandes qui servent traditionnellement à mettre dans les confitures pour donner un petit goût d’amande amère, mais il faut en mettre très peu car elles contiennent une substance toxique.
  • Ils peuvent être utilisés frais en saison sinon on les trouve en conserves, surgelés ou secs. Ils se cuisinent aussi bien pour des préparations sucrées que salées.

Plats salés :

Bien qu’on le connaisse plutôt pour ses nombreuses recettes sucrées, il n’en est pas moins apprécié dans une salade (mâche, endive, épinards,…), en entrée avec un chèvre toasté, en accompagnement d’une viande grillée en particulier une volaille, sur une brochette (recette), en papillote avec un poisson blanc, en tajine, dans une sauce, …

Plats sucrés :

On connait surtout l’abricot pour ses nombreuses utilisations sucrées :

  • en compote,
  • dans une salade de fruits,
  • poché au sirop pour accompagner un riz au lait, un gâteau de riz ou de semoule,
  • en tarte, clafoutis, crumble, charlottes, muffins…,
  • cuit au four avec un fromage blanc, sauté à la poêle avec du miel ou du sirop d’érable…,
  • bien sûr en confitures ou gelées. Comme c’est un fruit riche en pectine, il donne de savoureuses confitures et gelées,
  • ou tout simplement en croquant dedans.

Côté santé :

Peu calorique (environ 47 kcal/100 g), l’abricot est riche en anti-oxydants, en particulier la provitamine A.

C’est un des fruits les plus riches en minéraux et en oligoéléments. Il contient beaucoup de potassium qui est un atout pour l’élimination des toxines et la récupération. Il est donc conseillé aux sportifs d’en manger frais ou séché après l’effort.

Il est pauvre en glucides, alors n’hésitez pas à en manger même si vous faites attention à votre ligne.

Il est riche en fibres dont la moitié en pectines (fibres solubles). C’est pour cette raison que les abricots font de très bonnes confitures.

N’hésitez pas à profitez de leurs bienfaits pendant les mois de production et après en conserve, surgelés ou séchés. Voici quelques recettes du site.

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les mois nos nouveaux articles et recettes santé

Pour vous inscrire

CLIQUEZ ICI