Archive | Matériel de cuisine RSS feed for this section

Les moules en silicone

Flexibles, colorés, antiadhésifs, pratiques à démouler et faciles à nettoyer, les moules en silicone alimentaire sont apparus il y a une quinzaine d’années et nous ont séduits. Mais, attention à leur qualité !

La fabrication:

Il existe 2 qualités de silicone :

Lorsque vous achetez un moule en silicone, il faut d’abord regarder la composition. Ce polymère est issu du silicium, un minerai qui rentre dans la composition de la silice, matériau avec lequel est fabriqué le verre. Pour lui donner sa texture particulière, on doit le mélanger à un catalyseur, soit le peroxyde qui est bon marché, soit du platine qui lui est onéreux.

  • Le silicone peroxydé :

Il est moins onéreux mais il laisse migrer des particules vers les aliments à partir de 160 °C ou 320 °F. On ne sait pas à l’heure actuelle quelles sont les conséquences de cette migration sur la santé. Il est interdit en Allemagne et en Suisse. En France, même s’il est prohibé, aucun étiquetage ne le distingue. Ce matériau est fabriqué en Chine. Un moyen de le reconnaître est de pincer le moule. Si une marque blanche apparaît, c’est du peroxyde. Un autre moyen de l’identifier c’est de le sentir car le silicone platine ne dégage aucune odeur.

  • Le silicone au platine :

Il reste inerte vis-à-vis des aliments jusqu’à 250-300 °C ou 480-570 °F. Il supporte les températures allant de -40 °C à + 230 °C ou 104 à 445 °F , voire plus pour certains fabricants. Il ne dégage aucune odeur.

moule à muffins2

Conseils :
Si vous souhaitez en acheter, vérifier la température indiquée par le fabricant. Plusieurs marques sérieuses en vendent : Mastrad qui a été la première à les avoir commercialisés, Lekué, Demarle, Téfal, Silikomart, Lurch ou Scrapcooking. Même si ces produits sont plus chers, il a été remarqué lors d’une étude faite par la DGCCRF que les moules en silicone supportant des températures de 260 à 280 °C ou 547- 535 °F sont en général conformes c’est-à-dire qu’ils ne transmettent pas de constituants aux aliments. Mais, par sécurité, il est conseillé de ne pas les mettre à plus de 200- 220 °C ou 390-428 °F . De plus, ils sont sans Biphénol A (BPA free).
Méfiez-vous des moules bon marché, s’ils sentent mauvais lors de la première cuisson, jetez-les si vous voulez les utiliser à haute température par contre si vous les réservez pour des températures n’excédant pas 160 °C ou 320 °F, vous pouvez les garder. Ils seront très bien pour les préparations tièdes ou froides comme les terrines sans cuisson, les charlottes, les flans, les bavaroises, les crèmes, les confiseries…
Ils sont faciles à entretenir puisqu’il suffit de les mettre dans le lave-vaisselle. Si vous les lavez à la main, il ne faut jamais utiliser un tampon abrasif ce qui altérerait leurs qualités. De même, il ne faut jamais couper à l’intérieur.
Ils peuvent être utilisés dans le four traditionnel ou à micro-ondes.
Les cuissons sont plus rapides surtout si vous les faites au four à micro-ondes.

Sources :

DGCCRF, Que choisir, Maxi cuisine,

A toute vapeur, la cocotte minute

Cocotte minute, marmite à pression ou auto-cuiseur, quel que soit le nom qui lui est donné, cet ustensile de cuisine permet de cuisiner rapidement toutes sortes de plats santé. Il est l’indispensable du cuisinier pressé et permet de faire toutes sortes de cuissons : cuire à l’eau, à la vapeur, mijoter, rôtir, décongeler et même stériliser vos conserves.

Pourquoi utiliser la cocotte minute ?
  • un de ses deux principaux atouts, c’est le gain de temps. Il faut en moyenne 2 voire 3 fois moins de temps de cuisson par rapport à une cuisson traditionnelle,
  • le second avantage, tout aussi important, est la préservation des valeurs nutritives puisque le temps de cuisson est plus court la perte est moindre par rapport à des cuissons plus longues,
  • elle préserve les valeurs gustatives et exacerbe les épices que vous devrez utiliser avec parcimonie,
  • elle permet des économies appréciables sur la facture d’énergie puisque le temps de cuisson est diminué de moitié,
  • c’est un atout appréciable pour garder la ligne et réduire les graisses grâce à la cuisson à la vapeur.
Attention danger !

Bien qu’il ait de nombreux avantages, cet appareil n’est pas sans dangers et il est à utiliser avec précautions car il peut occasionner de graves brûlures si les règles d’utilisation ne sont pas respectées.

Règles de sécurité à respecter :

  • fermez-le correctement,
  • ne remplissez jamais la cuve au delà des 2/3,
  • si vous voulez cuire des aliments qui forment de l’écume ou se dilatent comme le riz, les légumineuses, les légumes déshydratés, les compotes, leur volume ne doit jamais excéder la moitié de la cuve,
  • nettoyez-le soigneusement après chaque utilisation pour éviter que les conduits d’évacuation et soupape ne se bouchent et empêchent d’évacuer correctement la vapeur,
  • ne l’ouvrez jamais s’il n’est pas complètement dépressurisé,
  • manipulez-le avec précautions en utilisant des maniques,
  • mettez-le hors de la portée des enfants.
Quelques conseils pour cuisiner :
  • si vous voulez faire une cuisson directement dans la cuve veillez à mettre au moins 25 cl de liquide,
  • pour cuisiner à la vapeur, il suffit de déposer vos aliments dans le panier, de verser de l’eau juste en dessous du panier. Ensuite vous n’aurez plus qu’à prendre le panier et verser vos aliments dans le plat de service,
  • le temps de cuisson est compté à partir du moment où la soupape commence à siffler et que la vapeur s’échappe. Il est important de commencer à feu vif sans que la flamme ne dépasse de la surface de la cuve et dès qu’il y a montée en pression, il faut réduire l’intensité de la chaleur au maximum,
  • le temps de cuisson est fonction de chaque appareil et il est important de se référer à la notice du constructeur,
  • lorsque le temps de cuisson est écoulé, il est important d’éteindre aussitôt le feu et d’ouvrir la soupape. En effet, la cuisson continue tant qu’il y a de la vapeur à l’intérieur de la cuve.
Comment ouvrir ma cocotte sans danger !
  • la méthode la plus rapide est de placer la cocotte sous le robinet d’eau froide et de laisser couler l’eau doucement en évitant les parties fragiles. La pression interne chute immédiatement et l’ouverture se fait aussitôt,
  • vous pouvez simplement éteindre votre feu, ouvrir la soupape et attendre que toute la pression soit descendue. Mais cette méthode est très longue et ne doit être faite que pour les cuissons où le temps peut être allongé sans risquer d’avoir de la bouillie.
Comment choisir ?

Il existe de nombreux modèles dans le commerce et vous n’avez que l’embarras du choix. Alors voici quelques conseils :

  • le volume est fonction de la taille de la famille. Pour 4 personnes comptez 6 litres, pour 6 achetez plutôt une 8 litres,
  • vérifiez que le fond est compatible avec votre appareil de cuisson. Par exemple tous les modèles ne peuvent pas être utilisés avec l’induction,
  • l’ouverture du couvercle n’est pas toujours aisée. Alors n’hésitez pas à faire des essais dans les magasins,
  • les petits trucs qui facilitent la vie :
    • très pratique les modèles avec minuteurs intégrés. Vous ne serez pas obligé de regarder sans arrêt l’heure si vous n’avez pas de minuteur,
    • la fermeture automatique d’un simple geste et d’une seule main,
    • les poignées rabattables qui permettent un rangement plus facile,
    • certains modèles proposent 2 programmes, voire plus, en fonctions des aliments à cuire et du mode de cuisson choisi.

Alors, à vos cocottes !
 

Quel mixer plongeant pour ma cuisine

mixeur-plongeant-1

 

Il est idéal pour les petites cuisines car il rend bien des services sans prendre beaucoup de place. Il n’est pas vraiment indispensable si vous avez un robot culinaire mais il est tellement pratique car il vous fait gagner du temps et vous évite pas mal  de vaisselle.


Vous pouvez l’utiliser directement dans vos ustensiles de cuisson lorsque vous faites potages, compotes sans être obligé de transvaser dans un bol. Mais il a aussi plus d’un tour dans son sac !

Vous pouvez aussi vous en servir pour :

  • supprimer les grumeaux d’une sauce ou d’une crème,
  • faire des préparations liquides ou semi-liquides comme la pâte à crêpes,
  • battre les œufs pour une omelette.

Et pour certains selon les accessoires dont ils disposent :

  • monter les blancs en neige, faire une mayonnaise, une chantilly,
  • écraser des légumes en purée,
  • piler de la glace et préparer des smoothies ou des milk-shakes.

Alors lequel choisir ?

Vous avez l’embarras du choix selon les marques et les modèles mais voici quelques pistes de réflexion :

    • avec ou sans fil avec un chargeur. Ce dernier peut s’avérer très pratique si vous manquez de prises électriques dans votre cuisine ou si elles sont placées loin de votre plan de travail,

  • avec pied démontable ou non. Préférez celui qui a un pied démontable car le couteau est beaucoup plus facile à nettoyer et c’est par conséquent plus hygiénique d’autant plus que certains sont mêmes lavables en machine à laver,
  • avec un ou plusieurs couteaux. Tout dépend de ce que vous faites en cuisine. Si vous avez déjà un robot culinaire, un seul couteau suffira. Mais si vous cuisinez beaucoup et que vous n’avez pas la place de mettre un robot, vous pourrez tout faire (mixer, fouetter, hacher, broyer) avec un mixeur plongeant à part pétrir de la pâte,
  • avant de l’acheter, vérifiez l’ergonomie. Prenez-le en main car selon que vous avez une petite ou une grande main les boutons de vitesse et de mise en marche ne sont pas forcément adaptés et vous risquez d’avoir du mal à le manipuler,
  • vérifiez aussi la durée de garantie : certains sont chers mais la motorisation est garantie à vie.

Certains mixeurs sont peu coûteux mais peuvent très bien faire l’affaire. Tout dépend de ce que vous voulez en faire !
 

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les mois nos nouveaux articles et recettes santé

Pour vous inscrire

CLIQUEZ ICI